La Provence Verte, nous l’avons sillonnée fin juillet de villages en cascades en plein centre du Var, à la recherche de fraîcheur ! Nous avons poussé jusqu’au Verdon que nous avions vraiment envie de découvrir ! Le tout est facilement accessible pour ce qui nous concerne puisque c’est à une heure de voiture environ d’Aix-en-Provence. Alors que faire et voir pendant 3 jours en Provence verte et Verdon ? Le choix est plus que vaste !

Pour commencer, la Provence verte, ça sonne bien et ça a l’air chouette mais finalement, c’est quoi au juste ? Je dois dire que je n’en avais pas particulièrement entendu parler avant d’habiter dans la région ! Il s’agit tout simplement de l’arrière pays varois, de ces villages et autres merveilles nichés dans les terres, loin de l’effervescence de la côte. On dit souvent que ce petit coin est plus « confidentiel » et que l’affluence touristique y est moindre. A ceci je répondrai que cela dépend ! De la saison d’abord puisqu »en juillet / août, c’est forcément blindé et encore davantage en cet été (plus que spécial) de crise Covid où les voyageurs sont restés découvrir la France. C’est aussi très variable en fonction des villages et des sites. Certains étaient archi bondés et d’autres semblaient complètement délaissés…j’y reviendrai plus loin ! C’est un contraste qui nous a particulièrement frappés, même si nous n’avons pas assez de recul pour savoir si c’est souvent ainsi ou si ce sont les effets de la crise sanitaire que nous traversons.

Je vous propose de vous raconter un peu plus en détails notre itinéraire découverte de 3 jours en Provence Verte et Verdon. Ce timing est trop juste pour tout voir et / ou bien s’imprégner des différentes ambiances mais il est idéal pour en avoir un bon aperçu. Cela vous donnera envie de revenir pour en voir davantage, prendre le temps de visiter de façon plus approfondie ou encore pour pratiquer certaines des nombreuses activités proposées.

3 jours en Provence Verte et Verdon (& ses environs) : que faire et que voir ?

 

La Provence Verte, couvre 1/4 du département du Var et se trouve à moins d’une heure des plus grands sites de la région PACA. La Provence verte, ce sont 43 villages provençaux – 43 visages – à découvrir et une multitude de sites en pleine nature… alors vous imaginez bien qu’il faut certainement beaucoup plus que 3 jours pour tout voir !

Habitant Aix-en-Provence, de frustration en vue, ce qui ne sera pas fait ou vu le sera une prochaine fois ;)) En attendant, voici donc un petit résumé de notre périple très chargé de 3 jours… il s’agit d’un aperçu  pour vous donnera une vision un peu globale. Comme dit précédemment, chaque village nécessite qu’on s’y attarde davantage pour en (sa)voir plus. À vous de voir ensuite en fonction de vos envies, planning ou autre ;)) Pour ma part, j’avais très envie de découvrir Moustiers-Sainte-Marie et Cotignac, j’ai donc tout articulé dans un rayon proche autour de ces deux villages.

Jour 1

Balade dans les petites rues de Brignoles > pause fraîcheur à La Chute du Grand Baou > découverte de Carcès & sa cité médiévale > stop à Correns au Domaine des Aspras puis petite baignade au Vallon Sourn > visite de Cotignac et de ses grottes troglodytes > douce nuit à Cotignac

Balade dans les petites rues de Brignoles

 

 

Ce que nous voyons de Brignoles est essentiellement son centre ancien. Sans réellement le vouloir, nous nous retrouvons embarqués en voiture dans les minuscules rues à la recherche d’un endroit où nous arrêter.  Le voici finalement, dans l’archi centre juste en face de cette jolie maison.

 

 

Nous en profitons pour flâner des les ruelles colorées et presque désertes… étonnant de voir une telle tranquillité !

Fontaines, fresques, façades et volets colorés… de nombreux détails nous attirent l’oeil lors de notre (trop) rapide balade… jusqu’aux masques moustaches accrochés au balcon, so été 2020^^

La ville de Brignoles s’est développée dès le Moyen Âge quand les comtes de Provence en firent l’une de leurs résidences et places fortes, au XIIIe siècle. On peut aisément imaginer la vie de la cité avec ses marchands, ses places et fontaines. Si vous vous attardez davantage, vous verrez qu’il reste de cette époque faste – en plus de ce centre-ville pittoresque – un palais, transformé en musée ! À savoir également, Brignoles organise mi-août les Journées Médiévales. Spectacles de rues, artisans et tavernes se mettent en scène sur les places et dans les ruelles de la vieille ville. Ambiance garantie !

Pour en voir davantage sur Brignoles : www.la-provence-verte.net

Pause fraîcheur à la chute du Grand Baou

 

Véritable petit paradis de fraîcheur, cette cascade est celle que nous avons préférée. Nous ne nous attendions pas à ce spectacle enchanteur en arrivant sur le parking ! En contrebas, l’ambiance tropicale nous transporte ailleurs en un claquement de doigts !

 

 

 

 

La cascade coule toute l’année et sa chute d’eau fait plus de 10 mètres. Avec une eau à 18 degrés environ, idéale pour s’y rafraîchir en plein été, l’endroit est vraiment magique ! Petit plus également la grotte en tuf où petits et grands viennent se réfugier et / ou jouer avec l’eau ;))

 

 

La chute du Grand Baou est une propriété privée transformée en un site touristique depuis déjà quelques années. On vous demandera simplement un droit d’entrée de 1€ par personne pour participer à son entretien. Ses aménagements et notamment sa guinguette en font un site à destination des familles qui viennent facilement y passer la journée. Pour notre part, nous y avons juste trempé nos orteils ! Nous y reviendrons avec nos maillots la prochaine fois !

Vous pouvez retrouver tous les détails pratiques en allant voir  www.chutedugrandbaou.com et en lisant également cet article.

Découverte de Carcès & sa cité médiévale

 

Carcès, la belle endormie ! C’était un lundi, en plein été, à l’heure de la sieste, sous 35 degrés ! Comme seuls au monde !

 

 

Les façades colorées et la tour de l’Horloge avec sa cloche du milieu du XVIIème.

 

La commune de Carcès naît au Moyen Âge avec la construction d’un fort au début du XIIe siècle. Le village est construit en colimaçon tout autour de sa cité médiévale, joliment fleurie.

 

La chaleur a raison de nous, nous écourtons notre visite et passons complètement à côté des façades couvertes d’écailles en faïence de Salernes et en trompe-l’œil qui sont visiblement à ne pas rater !

 

  • Pour vous donner une idée beaucoup plus précise de ce beau village en forme d’escargot, allez voir la vidéo de Carcès sur la-provence-verte.net     
  • Et sinon, il y a aussi les chutes du Caramy, juste à côté. C’est visiblement une autre merveille à voir. Malheureusement, notre liste est trop longue pour cette fois-ci…

Stop à Correns au domaine des Aspras puis petite baignade au Vallon Sourn

 

Le charmant petit village de Correns est cerné par les vignes, les oliviers et différents élevages. Traversé par l’Argens, il se dégage ici, une atmosphère des plus paisibles. Mais Correns est aussi bien plus que tout ceci, il a été précurseur du bio avant les autres… c’est même le premier village entièrement labellisé bio. Pour ceux que cela intéresse, la fête du Bio s’y déroule d’ailleurs le 3 ème week-end d’août et rassemble plus de 130 exposants (agriculteurs,viticulteurs, maraichers, éleveurs, médecine douce, restaurateurs, commerçants, éco-constructeur, etc… ). Sûrement une belle occasion d’en apprendre davantage et d’en repartir avec un coffre bien rempli ;))

Pour notre part, en cette fin juillet, Correns est l’occasion de découvrir le domaine viticole d’où provient le rosé que nous avons à la maison et celle ensuite, d’une pause fraîcheur dans un petit coin de verdure.

 

 

  • Le Domaine des Aspras, c’est un domaine familial de 25 hectares de vignes toutes cultivées en agriculture biologique depuis 1995. En effet, c’est Michaël Latz, deuxième génération, ingénieur agronome élu maire à l’époque qui propose aux agriculteurs & viticulteurs du village de basculer ensemble vers l’agriculture biologique. Véritable réussite collective, cette initiative novatrice a impulsé une nouvelle dynamique au village. Cela a permis aussi d’améliorer significativement la qualité des produits et d’installer la réputation de Correns comme un terroir exceptionnel pour ses vins.

Bref, vous l’avez compris, c’est une chouette histoire à découvrir ! Il se trouve aussi que l’un des frères de la troisième génération est également un ami, c’est donc avec d’autant plus de plaisir que nous apprécions leur vin et tout ce qu’il représente. Car oui, notre rosé vient désormais majoritairement de là ;))

Plus d’infos sur : aspras.com

 

  • Correns a également la chance d’avoir un superbe paradis, situé entre Correns et Chateauvert, le Vallon Sourn. Les berges de la rivière de l’Argens serpentent sur 4 km ce vallon verdoyant protégé. À chacun de découvrir les petis coins plus ou moins cachés offrant des minis plages ombragées. C’est ici que nous avons craqué pour une baignade ! Garez-vous où vous pouvez (il y a aussi un parking sur la route) et marchez le long de la rivière, dans les feuillages jusqu’à ce que vous tombiez sur un petit bout de plage où poser un coin de serviette. L’eau est un peu fraîche à mon goût mais tellement bienvenue. Visez un peu nos sourires. Ici, on est bien. On est loin de la canicule et des plages archi bondées de la côte. Bref, c’est une halte à ne pas rater !

 

 

Vous pouvez aller lire cet article pour avoir plus de détails sur le vallon Sourn, l’accès, les balades et activités (l’escalade par exemple !) à faire.

Visite de Cotignac et de ses grottes Troglodytes

Ahhh Cotignac ! Ce village m’évoque quelque chose de ma jeunesse et pourtant je suis incapable de me souvenir quoi ni pourquoi… Y suis-allée petite ? C’est un mystère que je n’ai toujours pas résolu et personne ne peut désormais répondre à mes interrogations !

Il se trouve aussi que c’est l’un des plus beaux villages du coin, un village de caractère…  Sa particularité est d’être installé au pied d’une falaise du tuf impressionnante et surnommée « Le Rocher ». Superbement conservé, rénové, Cotignac attire de nombreux touristes tout au long de l’année. En sillonnant les petites rues typiques et colorées, on comprend vite pourquoi ! Façades authentiques, ambiance conviviale, cafés et magasins de déco, tout y est, ça bouge ! Je dirais même que ça grouille en cette fin juillet. Le contraste est saissant par rapport à tous les autres villages que nous avons visités jusqu’à présent. Oui c’est très touristique mais le charme opère !

 

 

Mon craquage absolu pour la façade (très connue !) de Paulette, qui était le prénom de ma grand-mère <3

Il y a 17 fontaines à Cotignac. L’idée était de fournir de l’eau potable à toutes les familles qui venaient s’installer au pied du Rocher.

Il est un peu tard pour tout visiter mais l’avantage est que la lumière de cette fin de journée est parfois juste au bon endroit !

Les façades provençales sont de véritables mises en scène ! À droite, c’est le Campanile qui date de 1496 ! Sa cloche est en fer forgée, comme beaucoup d’autres en Provence, afin éviter d’être cassée par le mistral.

Notre petit tour en ville nous mène doucement vers le fameux Rocher ! Cette falaise en tuf fait 80 mètres de haut et 400 de large quand même ! En plus de la vue, l’intérêt d’y monter est de découvrir les grottes troglodytes et leurs fortifications qui datent de 1350. Les villageois y stockaient leurs provisions de nourriture pour les préserver des pilleurs.

On peut aussi voir des habitations d’aujourd’hui complètement imbriquées dans la roche. Pour les amateurs de lieux insolites, certaines font aussi chambres d’hôtes.

Cela ferme bientôt, nous nous dépêchons de monter les (nombreuses) marches pour pouvoir profiter de la vue panoramique sur les toits du village. La montée n’est pas compliquée même si on se retrouve parfois plié en deux. En revanche, ceux qui sont très sujets au vertige pourraient avoir quelques difficultés. Pour en rassurer certains, j’en fais partie et j’ai simplement craint les passages avec des escaliers comme ci-dessous. Ceci dit, cela ne doit pas être si traumatisant puisque cela ne m’empêche visiblement pas de sortir mon appareil^^

La vue plongeante sur Cotignac <3 (ça valait le coup !)

 

Et sinon, il y a bien d’autres choses à faire et à voir à Cotignac, découvrez-les ici : www.la-provence-verte.net

 

Jour 2

Balade matinale vers magnifique cascade de Sillans > traversée de Barjols et petit tour dans la Vallée des Carmes > déjeuner à Entrecasteaux face à son fabuleux château > découverte de Tourtour puis arrêt shopping huile d’olive au château de Taurenne > délicieux dîner & nuit à Moustiers-Sainte-Marie

Balade matinale vers la magnifique cascade de Sillans

Nos cousins ont été les premiers a nous en parler… Puis beaucoup d’autres ont fait de même. L’endroit est visiblement dingue de beauté et vaut sacrément le détour. À 10 minutes de Cotignac, l’occasion était trop belle, je l’ai intégrée naturellement à notre circuit provençal. On était super curieux de découvrir ce site.

Petite précision, Sillans ne fait pas partie de ce que l’on appelle la Provence verte mais de la Dracénie Provence Verdon.

Pour voir la cascade d’en haut, le parking de l’école est idéal. On y est ensuite avec une petite marche très facile de 20 minutes environ. Je vous conseille fortement de le faire hors saison ou tôt le matin avant que le site ne soit envahi par d’autres curieux. Et si le beau temps est de la partie, c’est forcément mieux niveau couleur, vous allez vraiment en prendre plein les yeux.

 

 

 

Une chute d’eau de 42 mètres de haut et une couleur turquoise hypnotique…

le spectable est dingue ! On se croirait en Indonésie ou au Costa Rica !

On a une chance folle car une belle éclaircie arrive pile au bon moment et met en avant toute la magie du lieu. On profite quelques minutes seulement du spectacle, le temps se voile et les autres visiteurs commencent à arriver. On croisera aussi des bus remplis de touristes sur le parking à notre retour. Le lieu est fou à voir alors forcément tout le monde s’y presse.

Pour en voir davantage sur Sillans-la-cascade : sillans-la-cascade.fr

Traversée de Barjols et petit tour à la vallée des Carmes

 

C’est sous la pluie que nous arrivons à Barjols. Le village est connu pour ses 38 fontaines et lavoirs, de toutes tailles, styles ou formes, portant des noms rigolos comme la Fontaine du Champignon ou encore la Fontaine des Limaces. Mais nous n’en voyons finalement pas grand chose. Nous traversons le village en voiture, il est quasi vide. Beaucoup de bâtiments sont à l’abandon.

Barjols s’est développé autour de son église et devient une des résidences des comtes de Provence au XVIIIème siècle. Il prospère au XIXème avec le développement de l’industrie du travail des peaux. Le village devient alors la capitale française du cuir jusqu’en 1983, date à laquelle les dernières tanneries ont dû définitivement fermer leurs portes face à la concurrence internationale.

 

 

Nous profitons de l’acalmie pour aller découvrir le Vallon des Carmes, autre site en pleine nature avec des cascades ! Voici un plan pour vous donner une idée… cascade des Carmes, grotte de l’Ermitage, Grotte des Carmes… voilà ce que nous avons fait. Vous en avez encore davantage si vous le souhaitez !

 

Au dessus, il s’agit de la grotte des Carmes, ancien couvent troglodyte construit en 1670. Les frères « Carmes déchaussés » l’ont occupée pendant plus d’une siècle.

 

Ici, encore une cascade où l’on peut se baigner… il y a déjà un peu de monde ! Et il y en a encore davantage un peu plus loin… encore un endroit à privilégier hors saison !

 

 

Pour savoir davantage sur Barjols et le Vallon des Carmes : www.la-provence-verte.net  et   www.tourisme-varois.com

Déjeuner à Entrecasteaux face à son fabuleux château

Entrecasteaux et son incroyable château ! On ne pouvait pas espérer un meilleur spot pour notre halte déjeuner ! Qu’est-ce que vous en dites ?

Pour la petite histoire, le village se développe à proximité de son château dès le XIème siècle. À partir du XIIème, le fief devient la propriété des seigneurs de Castellane puis des Grignan avant d’être vendu à la famille Bruny en 1714. C’est à partir de ce moment et pendant tout le XIXème siècle que le village connait un véritable essor, notamment grâce à la viticulture, à l’oléiculture et à l’arrivée du chemin de fer en 1888. Entrecasteaux devient, avec ses 2225 habitants, un bourg important où tous les métiers sont représentés. La population va décliner peu à peu au cours du XXème siècle pour revenir à 1000 Entrecastelains aujourd’hui.

Depuis 2000, c’est Alain Gayral qui met toute son énergie à restaurer le château auparavant laissé à l’abandon pendant plusieurs décennies.

 

 

 

Le comte de Grignan était un grand admirateur des jardins de Versailles. Son jardin à la française est d’ailleurs attribué à André Le Nôtre.

 

De profil, le château est très élancé. Avec ses 40 mètres de haut et 3,5 mètres de large, sa forme est étonnante. Il compte apparemment 110 fenêtres !

 

 

Pour ceux qui le souhaitent, le château se visite une fois par jour à certaines périodes seulement. Mieux vaut prévoir !

Plus d’infos sur le château et ses visites : www.chateau-entrecasteaux.com , ici aussi et le site de la ville. 

Découverte de Tourtour puis arrêt huile d'olive au Château de Taurenne

 

Sur les conseils de notre chambre d’hôtes de Cotignac, nous roulons désormais vers Tourtour (environ 30 mn d’Entrecasteaux), un des plus beaux villages de France (hors Provence Verte). En effet, il aurait été dommage de ne pas s’y arrêter. Encore un village trop mignon ! Et un peu de monde^^^

Perché à 635 mètres d’altitude, il est joliment surnommé « le village dans le ciel de Provence ». Ici aussi, vieilles pierres et façades superbement restaurées en font un haut lieu touristique, incontournable et populaire. Pas étonnant qu’il soit aussi fréquenté.

 

Il est agréable de s’y balader, d’y prendre un verre….

 

 et d’y faire des découvertes insolites comme la plus petite maison de France sur 3 étages… oui oui !

 

Toujours sur les conseils de notre maison d’hôtes de Cotignac, nous poursuivons notre route avec un objectif shopping huile d’olive à la clé ! Il parait que celles faites par le château de Taurenne sont fameuses. Nous sommes visiblement convaincus par la dégustation puisque nous revenons avec 3 huiles différentes dans nos sacs : citron, basilic et une plus neutre.

 

Jour 3

rando matinale jusqu’au Belvédère de Tréguier > montée à la chapelle Notre-Dame de Beauvoir > tour du village par les Claux > déj et glace à Moustiers > route des Crêtes

Rando matinale jusqu'au Belvédère de Tréguier

 

Rien de tel que de démarrer la journée par un bon bol d’air (un peu) frais… surtout en plein été ! C’est notre bonne idée du jour. Arrivés à Moustiers-Sainte-Marie, petit village extra que nous découvrons depuis la veille au soir, nous nous rendons vite compte que nous devons aller à contre courant ! Selon les restaurateurs, village n’a jamais vu autant de monde depuis ces 20 dernières années !!! Malheureusement, ce n’est pas pour autant que tous consomment et participent à faire vivre l’économie du village…

Nous avons abandonné l’idée de tester les activités nautiques du Lac de Sainte-Croix et dans le Verdon au sens large puisque tout est déjà réservé depuis des semaines ! Il nous reste une option, la plus facile, la marche ;)))

Moustiers réserve visiblement plusieurs belles randonnées. La plus connue (et la plus courte !) est celle du belvédère de Tréguier, partant du village. 1h30 environ aller / retour, c’est parfait pour les randonneurs (du dimanche) non équipés que nous sommes, de surcoît par cette grosse chaleur.

 

 

 

La marche est facile et offre de superbes panoramas sur le lac de Sainte-Croix dès le départ !

Plusieurs panneaux ponctuent le sentier botanique et nous informent de la faune et de la flore du coin, sanglier, blaireau, chamois, couleuvre, lézard vert… nous n’en croisons aucun ! Mais des oliviers, des chênes verts ou blancs… plein !

Le bout du chemin nous dévoile un point de vue magistral !

Pour en voir plus : cet article de blog,

Montée à la Chapelle Notre-Dame de Beauvoir puis tour du village par les Claux

 

Moustiers-Sainte-Marie, l’un des plus beaux villages de France, date du Vème siècle ! Les moines de Lerins s’installent dans les grottes de tuf et fondent un monastère > cela explique le nom de « Moustiers » (monasterium en latin). Niché aux creux de la montagne, ce village d’une charme fou a tout pour plaire : remparts, église, fontaines, artisanat (la faïencerie), vie de village et très bonnes tables !

Lorsque l’on y vient pour la première fois, je trouve que cette montée à la chapelle Notre-Dame de Beauvoir suivie du tour du village par les Claux est un passage obligé. Si on va jusqu’au bout, à savoir au milieu des oliviers (ce que nous avons lors de notre dernier passage), vous en avez pour 2 bonnes heures en marchant tranquille. Et cela offre une toute autre perspective sur le village et son environnement !

Les plus sportifs peuvent repérer une bifurquation au niveau de la cascade du Riou (malheureusement complètement asséchée lors de nos 2 passages) et enchainer sur le circuit de Vincel. C’est une randonnée de 4 heures , en boucle, à privilégier le matin pour les jours de forte chaleur. 9 kilomètres, 430 mètres de dénivelé avec des points de vue sur le plateau de Valensole, le lac de Sainte-Croix… retrouvez toutes les infos sur les pages du site de Moustiers dédié à ce circuit. Je me le garde sous le coude pour une prochaine fois ;)))

En attendant, voici rapidement ce que donne la montée de Notre-Dame de Beauvoir !

 

 

La montée – 262 marches – prend 15/20 minutes tout au plus mais elle est un peu raide. Tenez-vous bien à la rampe car certaines marches hyper polissées peuvent être sacrément glissantes. Beaucoup y montent en tongues ou sandales et continuent ainsi chaussés le chemin des Claux qui longe le village… cela doit être sportif et bien douloureux car c’est très rocailleux ! Je vous conseille d’opter plutôt pour une paire de baskets, votre visite de Moustiers n’en sera que meilleure car on marche beaucoup ;)))

 

 

Pour ma part, craquage total pour cette vue sur les toits et sur le clocher de l’église ! Je vous préviens, vous allez surement vous arrêter souvent pour admirer les différents points de vue dans la montée… si, si, ils sont tous différents !

Au bout du chemin, la petite chapelle apparaît. Autrefois nommée Notre-Dame d’Entre-Roches, elle est en partie romane et en partie gothique. La nef actuelle date apparemment du XIIIème siècle. Les deux dernières travées, le choeur gothique, le portail de bois sculpté et le porche couvert de tuiles vernissées datent du XVème. Notre-Dame de Beauvoir est classée monument historique en 1921.

La renomée de cette chapelle provient des nombreux miracles de la vierge et le pélerinage à Notre-Dame prit rapidement de l’ampleur. Mais cette chapelle est également connue pour une raison bien précise. On y amenait les enfants morts-nés qui resuscitaient le temps de les baptiser. Cela permettait d’assurer le salut de leur âme. Il s’agit de suscitations d’enfants. Les Chapelles reconnues pour ce miracle sont des « chapelles à répit ». Notre-Dame de Beauvoir est la plus importante de Provence.

 

 

Quelques dizaine de mètres au dessus de la Chapelle, on y trouve la célèbre étoile de Moustiers. Je n’ai pas de photo à vous montrer, car elle est juste impossible à photographier !!! Allez voir sur le site de Moustiers pour en avoir un aperçu ;)) Cette étoile aurait été mise en place au XIIIème siècle, à la suite du voeu fait par un chevalier au retour d’une croisade. Il existe de nombreuses versions sur l’origine de l’étoile mais aucune n’a été authentifiée à ce jour. L’étoile que nous voyons aujourd’hui date de 1957 (elle a chuté au moins onze fois !). Sa chaîne est longue de 135 m, pèse 150kg et l’étoile dorée, mesure 1.25m.

 

Retrouvez tous les détails sur la Chapelle Notre-Dame de Beauvoir et la montée sont dans cet article sur le site de Moustiers-sainte-Marie !

Sur la route des crêtes !

 

Moustiers-Sainte-Marie se situe aux portes des Gorges du Verdon et de son canyon, le plus grand d’Europe. Il va jusqu’à 700 mètres de profondeur ! La route des crêtes est une route panoramique de 24 km  qui vous fera découvrir le Grand Canyon de façon privilégiée avec 14 belvédères. La garantie de fortes sensations et de points de vue à couper le souffle !

Sur le chemin, on s’arrête un instant pour immortaliser cette vision incroyable. Le lac de Sainte-Crois à perte de vue, bateaux électriques, kayak et pédalos à profusion… pas de doute, nous sommes bien en plein été !

 

 

 

J’ai lu que la route des Crêtes se fait en voiture, en moto ou idéalement en vélo (avec ou sans assistance électrique). Cette après-midi là, nous partons en voiture, au frais et c’est idéal ! Nous voyons un groupe de jeunes en vélo et j’ai une grosse pensée pour eux… la chaleur, la route tortueuse et sinueuse… alors oui, ce n’est pas un secret, le vélo et moi ça fait 2 mais cema me semble malgré tout être un exercice très périlleux sur cette route !

Cette route, nous l’avons sillonnée pendant au moins 2 bonnes heures. De belbédères en belvédères, admirant falaises abruptes et gorges turquoises et rapaces dans le ciel.
Une portion de la route est en sens unique. Pour faire la boucle complète, il faut donc bien faire attention de la prendre dans ce sens (le sens des aiguilles d’une montre) comme l’indiquent les panneaux de signalisation dans et aux abords du village de La Palud sur Verdon. Attention ! La route des Crêtes est fermée en période hivernale,  renseignez-vous bien avant de vous y rendre, vous risqueriez d’être déçu en cas de fermeture !

 

 

Savez-vous que la couleur verte du Verdon est due au fluor et aux micro-algues qu’il contient : elle est probablement à l’origine de son nom, du latin viridum, « lieu verdoyant ». La couleur turquoise du lac de Sainte-Croix est due quant à elle aux fonds argileux.

 

 Pour faire le tour complet des Gorges du Verdon en voiture, l’Office de Tourisme donne le cicuit suivant sur 130 km pour 4 heures environ : à la sortie de Moustiers, prendre la direction de Castellane (D 952), poursuivre jusqu’à La Palud. À la Palud, sur la route de Castellane, prendre la Route des Crêtes (D23). Continuez ensuite jusqu’au Point Sublime, puis Castellane. Pour le tour complet revenir au Pont de Soleil, passer par Trigance et prendre la D71 jusqu’à Aiguines. Revenir par le Pont de Galetas, le lac de Sainte-Croix et sur Moustiers.

Au final, nous faisons quasiment ce circuit. Et je vous assure que c’est du grand spectacle ! Nous sommes presque seuls, ils sont sûrement tous en train de pédaler sur le lac ;))) Nous nous promettons d’ailleurs de revenir tester les activités aquatiques en hors saison, certainement bien plus agréable ! En haute saison, il faut apparemment user de patience dès 8h du matin pour espérer faire du pédalo sur le lac de Sainte-Croix ou réserver 3 semaines en avance dans les bases nautiques des basses gorges.

C’est désormais chose faite puisque nous sommes retournés dans le verdon un week-end de septembre entre amis, pour s’essayer au rafting… on a juste adoré, je vous en reparlerai plus tard  ;))

Plus d’infos sur le Verdon et la route des crêtes : www.lapalud-verdontourisme.com et le top 10 des choses à voir et à faire dans le Verdon.

3 jours en Provence Verte et Verdon : quelques bonnes adresses repérées !

 

Ce séjour résulte d’un concours de circonstances. En cet été de Covid, nous n’avions pas prévu de partir et l’occasion d’être à deux s’est finalement présentée comme par magie ! C’était notre chance de découvrir en amoureux un peu de Provence verte ! Nous avons donc enchainé chambres d’hôtes et petits restos bien sympas. Pour ces 3 jours en Provence verte et Verdon, nos 2 points de chute étaient Cotignac et Moustiers-Sainte-Marie. Je vous conseille vivement de réserver vos hébergements à l’avance, surtout si vous voulez avoir le choix !

  • C’est le Mas de Cotignac que j’ai tout d’abord repéré pour notre première nuit. C’était un très bon choix puisqu’en plus d’être un lieu plein de charme, nous nous y sommes également régalés, puisque c’est aussi une très bonne table. Les propriétaires au caractère bien trempé sont très investis et tout à fait charmants. Ce sont deux passionnés qui ont coeur à ce que tout soit parfait. Denis était chef dans sa précédente vie et maitrise donc plus que bien son art. Menu gastronomique pour le dîner avec entrée, plat & dessert pour 32€ par personne, je trouve cela plus que raisonnable au regard de ce que nous avions dans notre assiette ! Tout est ultra frais avec en prime des fruits et légumes du jardin.

Et que dire du petit déjeuner pantagruélique ?! Je n’avais pas vu ça depuis longtemps, cake maison, 3 jus frais différents, pains, festival de confitures maison et crêpes… what else ?!

À savoir cependant, la configuration du Mas de Cotignac et la clientèle font que c’est trop complexe à gérer lorsqu’il y a des enfants… Le Mas de Cotignac accueille donc uniquement les adultes, c’est un choix de leur part. Ça tombait bien pour nous, cette fois-ci, puisque nous étions juste en amoureux !

 

 

  • Moustiers-Sainte-Marie, de son côté peut se vanter d’avoir une multitude de bonnes tables ! Une chose est à savoir cependant, il est essentiel de TOUT réserver à l’avance. Que ce soit en juillet ou dernièrement en septembre, c’est visiblement impératif. Les restos sont assez petits et donc vite pleins. Même s’ils alternent leur jour de fermeture, le choix est parfois un peu plus réduit.

Sur les conseils de notre chambre d’hôtes de Cotignac, c’est au restaurant Les santons que nous avons dîné le premier soir. Juste extra ! Le cadre pour commencer… une terrasse comme suspendue avec une vue imprenable sur le village et des plats au top ! Délicieux et avec une belle mise en scène, nous avons passé une excellente soirée !

 

 

Et sinon, je peux aussi vous recommander d’aller prendre au glace à l’Étoile givrée, elles y sont excellentes ;))) Nous avons également fait une pause déjeuner  après notre marche au Belvédère du Tréguier et la montée à la Chapelle. Tous les restaurants étaient complets (d’où l’importance de réserver !) et c’est à la Terrasse de Cassius que nous avons atterri. Sans chichi, nous avons apprécier notre croque-monsieur à l’huile de truffe / bière face à une vue superbe. Même si les commentaires sur cet endroit sont apparemment plus que mitigés, nous avons passé un bon moment.

 

 

Et dernièrement, nous avons diné dans le restaurant Les tables du Cloître que nous n’avions pas pu faire cet été car complet… il mérite amplement sa réputation. Nous nous sommes régalé avec un filet de boeuf à la truffe et des desserts maison.  Et l’accueil est top. Sinon, nous avons également fait Le relais (belle terrasse, plats corrects mais moins « fins ») et La Treille Muscate, moins copieux mais ça fait le job. Voilà, vous savez tout !

Niveau hébergement, je ne saurais pas où vous orienter. Nous avons testé l’hôtel le Colombier cet été, c’est ce qu’il restait, proche du centre tout en étant dans la nature. Bon accueil et propre mais pas de coup de coeur. Dernièrement, c’est à l’hôtel Les Restanques que nous avons passé la nuit. J’ai trouvé l’endroit très charmant mais la literie beaucoup moins ! Je suis très sensible à ce genre de détails ! Bref… nous en essaierons un autre la prochaine fois !

En revanche, si vous souhaitez passer un peu de temps à Moustiers, je vous conseille de trouver un hébergement qui vous permet d’y accéder à pied. C’est un vrai luxe, encore plus en période estivale. Vous n’aurez pas à vous préoccuper de trouver une place de parking. Les deux hôtels ci-dessus ont tous deux le mérite d’être à 15 minute à pied du village, c’est pour cela que nous les avons choisis.

 

3 jours en Provence Verte et Verdon… pour aller plus loin et en (sa)voir davantage !

Et vous la Provence verte (et Verdon), vous connaissez ?
Quels sont les villages, sites, coups de coeurs et autres bonnes adresses que vous pourriez me / nous recommander pour la prochaine fois ?

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et / ou à l’épingler !

 

10 Commentaires

  1. Alexandra - On holidays again

    C’était déjà un régal de te suivre en stories lors de ce voyage et l’article est un joli point final à cette belle aventure ! Tes photos sont toujours très belles ;o)

    Réponse
    • Céline

      Oh merci beaucoup <3 Je suis heureuse que cet article reflète bien le périple que tu avais vu sur insta !
      Je dois dire que nous sommes gâtés avec notre belle région qui est décidément très photogénique 😉

      Réponse
  2. tania

    très chouette article
    chouette qd l automne est arrivé ici
    bon moi je serai pas de ceux qui font les randonnées en tong
    tu dis glissant dc
    non avec des baskets
    tu as beau terrain de chasse autour de chez toi c est top

    Réponse
    • Céline

      Merci Tania ! Oui en effet on a une chance folle d’avoir tous ces sites à environ 1h30 en voiture de la maison ! J’espère que tu auras prochainement l’occasion de te prévoir un périple dans le Sud 😉

      Réponse
  3. David

    Carcès à l’air incroyable !
    Merci pour cette belle découverte 🙂

    Réponse
    • Céline

      Oui l’arrière pays vaut vraiment le détour ! Merci à toi 🙂

      Réponse
  4. Laurent

    Ça donne envie. Magnifiques les photos!

    Réponse
    • Céline

      Merci Laurent 🙂 Je vous souhaite de bientôt pouvoir découvrir un peu de cette belle Provence <3

      Réponse
  5. Marieke (les 3M)

    Une très belle redecouverte de ces coins que j’adore, en toute saison. Merci pour ce bel article. Ma partie préférée, c’est le Vallon Sourn 💖

    Réponse
    • Céline

      Ahhh le vallon Sourn ! Le seul endroit où nous nous sommes baignés finalement ! Un petit paradis ! Merci Marieke 😉

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.